Plaintes pour abus sexuels dans la lutte gréco-romaine

par | Fév 4, 2020 | Justice, Provence

C’était jusqu’à aujourd’hui, un sujet tabou, mais depuis peu de nombreuses affaires de violences sexuelles dans le sport font surface.
Après une vague d’accusations contre des entraîneurs de sport collectif, après l’ouverture d’une enquête préliminaire pour viols et agressions sexuelles dans le milieu de patinage, c’est la lutte gréco-romaine qui est désormais visée !
 

Une journée portes ouvertes à l’origine de nombreuses plaintes

En septembre, dans une commune des Bouches-du-Rhône, le club de lutte gréco-romaine avait organisé un week-end pour tenter de séduire les jeunes avec cette discipline.
 
A la recherche d’un club de sport, Adrien, un rognacais de 24 ans avait voulu profiter de cet évènement pour essayer la lutte gréco-romaine qu’il ne connaissait pas vraiment.
Et là c’est le drame
 « Il m’a touché les fesses, il me tenait fermement à pattes alors qu’il était derrière moi et avec sa tenue moulante en lycra, je vous laisse imaginer ce que je pouvais sentir – a déclaré Adrien à la sortie du commissariat.
Suite à sa plainte, les enquêteurs ont ouvert une enquête pour attouchements sexuels, mais aussi pour harcèlement.
En effet, après avoir laissé ces coordonnées afin de pouvoir faire l’initiation à la lutte, Adrien s’est dit harcelé après avoir reçu de nombreux courriels lui demandant s’il comptait revenir au club.
 
 
Puis en épluchant la liste des jeunes hommes venus participer aux portes ouvertes, les policiers ont pu identifier 4 autres personnes dans le même cas qu’Adrien.
Pour Yvan Poulichard, président de la fédération nationale de lutte gréco-romaine, les faits dénoncés ne peuvent pas être considérés comme des agressions, puisque les « attouchements »  mis en cause sont autorisés dans ce sport d’hommes virils et amateurs de tenues moulantes en lycra.